Historique de la création du prix Michel Petrucciani

Le projet du Prix Michel Petrucciani est avant tout un hommage rendu à Michel Petrucciani, et le fruit d’une rencontre entre Bruno Gaudriot et Guy Le Querrec, voyageur infatigable, membre de l’agence MAGNUM et co-fondateur de l’agence VIVA, et reconnu pour ses photographies de grands musiciens de Jazz, toujours au plus près de l’humain.

Ils se rencontrent pour la première fois à l’occasion d’un concert de Jazz au cours duquel Louis Sclavis, Aldo Romano et Henri Texier accompagnent la projection des photographies de Guy Le Querrec sur le thème Africa Tour « Carnets de Route » en 2009.

En 2010, lors d’une conversation ils évoquent la possibilité de faire naître un projet autour de l’accompagnement de personnes singulières ayant une appétence pour la photo, en vue d’une exposition itinérante des oeuvres au sein d’entreprises partenaires du projet. Ils se rencontrent une troisième fois lors d’un festival en 2010. 

Le temps passe, et malgré l’intérêt non dissimulé de Guy Le Querrec et de Bruno Gaudriot pour ce projet de grande envergure, il faudra attendre leur quatrième rencontre lors d’une exposition collective sur la condition des Indiens d’Amérique «Big Foot» en 2017, pour que celui-ci se concrétise.

Les premières bases posées, Bruno Gaudriot entreprend de réunir une équipe de professionnels motivée et compétente pour mener à bien ce projet. Guy Le Querrec donne également son accord pour accompagner le Prix.

En 2018, selon son souhait de vouloir mettre en place et développer des actions culturelles à destinations des personnes singulières, Tahar Ben Jelloun accepte de devenir le parrain du Prix.  C’est au cours de ce même été que, sollicitée par Didier de Faÿs, la famille de Michel Petrucciani donne son accord pour que le nom du musicien soit donné au Prix afin d’honorer sa mémoire. Dans la même année, Guy Le Querrec renonce pour des raisons personnelles à s’investir au sein de ce projet, il est alors remplacé par Tina Merandon.