Intervention Didier ROCHE | l’entreprenariat des personnes handicapées 

Il y a  75 000 entrepreneurs en France. 

Les droits changent en ce moment avec des dispositifs innovants, en demandant aux entreprises d’exprimer leurs besoins, et de faire sorte que les organismes de formation vont être contraints d’avoir un chargé du handicap et intègrent des processus pour que les personnes handicapées puissent avancer dans leur carrière professionnelle au sein de leurs structures. 

Dans les années 2000 RSE, moi établissements je ne veux pas recruter donc je paie donc j‘assume ma responsabilité. L’intérêt aujourd’hui est de montrer à l’entrepreneur combien le handicap est un élément formateur, porteur et enrichissant.

L’enjeu des politiques publiques de la com et des entrepreneurs consiste à mettre des cadres et des accompagnements, en présentant aux établissement le fait que ce n’est plus de sa responsabilité mais de son intérêt.

Lorsque l’on recrute une personnes handicapées on la passe dans les personnes handicapées fourches caudines du recrutement de 5 millions de chômeurs, et on écarte les personnes handicapées car dans ces CV il y a souvent des trous… En France on n’aime pas les CV à trous… La tendance s’inverse, les anglo-saxons privilégient les parcours avec rebonds et échecs…

Les sociétés modernes vont s’ouvrir à la diversité par le rebond, par le genre,  par le handicap, et voir combien ces dispositions vont vous aider à être meilleurs, la société qui va ignorer cette dimension va être écartée par ses clients.